Ordre Martiniste

Chercher...

Sur notre site
Utilisez le formulaire ci-dessous

Travaux récents

  • Discours initiatique

    Marc HAVEN : Homme de Désir, Frère inconnu, toi qui marches vers Thèbes, en quelque région de nos (…)

  • La pauvreté

    "La pire des pauvretés n’est pas dans ce qui nous manque, mais dans l’ignorance de tout ce que (…)


Découvrir...

Papus
Appelé parfois "le Balzac de l’occultisme", en ce qu’il fut très prolixe en écrits, Papus fut surtout un rassembleur et un divulgateur. (...)

A noter...

Journées Papus 2014
HOMMAGE AU DR GERARD ENCAUSSE-PAPUS ET A SON FILS LE DR PHILIPPE ENCAUSSE-JEAN Comme chaque année, l’Ordre Martiniste et des fidèles de (...)

La pierre philosophale

fontsizedown
fontsizeup

Papus donne dans ces pages [1]. son idée de la nature de la Pierre Philosophale. Elle aussi, comme l’homme, suit les lois de l’évolution. Si chimiquement il s’agit d’augmenter la densité d’une substance pour parvenir à l’or, s’agirait-il, spirituellement, de diminuer la densité, le poids de nos chaînes, de nos « possessions » et de nos « prétentions » ? Paraître et durer s’opposent-ils à Être ? Papus montre par « le témoignage des textes, de l’histoire et des hommes que la Pierre Philosophale n’est pas fatalement impossible, même de l’avis des savants contemporains. » Il donne ensuite « des preuves positives de son existence. »

« …Qu’entend-on par Pierre Philosophale ?

Cette question, si simple au premier aspect, est cependant assez difficile à résoudre. Ouvrons les dictionnaires sérieux, parcourons les graves compilations des rares savants qui on daigné traiter ce sujet. La conclusion est assez facile à poser : Pierre Philosophale, transmutation des métaux, égale Ignorance, Fourberie, Folie.

Si pourtant nous réfléchissons qu’en somme, pour parler draps mieux vaut aller au drapier qu’au docteur ès lettres, l’idée nous viendra peut-être de voir ce que pensent les alchimistes de la question.

Or, au milieu des obscurités voulues et des symboles nombreux qui remplissent leurs traités, il est un point sur lequel ils sont tous d’accord, c’est la définition et les qualités de la Pierre Philosophale.

La Pierre Philosophale parfaite est une poudre rouge qui a la propriété de transformer toutes les impuretés de la nature.

On croit généralement qu’elle ne peut servir, d’après les alchimistes, qu’à changer du plomb ou du mercure en or. C’est une erreur. La théorie alchimique dérive de sources bien trop spéculatives pour localiser ainsi ses effets. L’évolution étant une des grandes lois de la nature, ainsi que l’enseignait il y a plusieurs siècles l’hermétisme, la Pierre Philosophale fait évoluer rapidement ce que les formes naturelles mettent de longues années à produire, voilà pourquoi elle agit, disent les adeptes, sur les règnes végétal et animal aussi bien que sur le règne minéral et peut s’appeler médecine des trois règnes.

Physiquement, ce serait une poudre rouge assez semblable comme consistance au chlorure d’or de l’odeur du sel marin calciné. Tout à l’heure, du reste, nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet. Comme c’est à la transformation des métaux vils, plomb et mercure, en or que doit le plus souvent servir cette Pierre, voyons en quoi consiste cette opération.

Chimiquement c’est une simple augmentation de densité si l’on admet l’unité de la matière, idée fort en honneur parmi les philosophes chimistes contemporains. En effet, le problème à résoudre consiste à transformer un corps de la densité de 13,6 comme le mercure, en un corps de la densité de 19,5 comme l’or. Cette hypothèse de la transmutation est-elle en désaccord avec les plus récentes données de la chimie ?

C’est ce que nous allons voir.

La chimie actuelle permet-elle de nier l’existence de la Pierre Philosophale ? Deux chimistes contemporains ont poussé leurs investigations dans l’obscur domaine de l’alchimie ; ce sont MM. Figuier, vers 1853, qui publiait L’Alchimie et les Alchimistes livre dont nous aurons tout à l’heure l’occasion de parler, et M. le professeur M. Berthelot, membre de l’Institut, qui fit paraître, en 1885, les Origines de l’Alchimie.

Ces deux savants officiels, le dernier surtout, font autorité en la matière et leur opinion mérite d’être écoutée par toutes les personnes sérieuses. Tout deux ils considèrent l’alchimie et son but comme de beaux rêves dignes du temps passés ; tout deux ils nient formellement l’existence de la Pierre Philosophale (quoique Figuier prouve à son insu cette existence). Et cependant ils déclarent que scientifiquement la chose ne peut pas être niée à priori… ».

PAPUS

Notes

[1] extrait de « L’Initiation » de Janvier 1889